Passer au contenu

/ Département d'anthropologie

Je donne

Rechercher

Ingrid Hall

Vcard

Professeure agrégée

Faculté des arts et des sciences - Département d'anthropologie

Pavillon Lionel-Groulx local C-3077

ingrid.hall@umontreal.ca

514 343-6111 #51712

Chercheuse

Centre d'études et de recherches internationales

Chercheuse

Faculté des arts et des sciences - Centre d'études et de recherches internationales

ingrid.hall@umontreal.ca

Travail 1 : 514 343-6111 #82354

Doctorat
2009

Biographie

Ingrid Hall est professeure agrégée à l’Université de Montréal depuis 2008. Ethnologue, elle est spécialisée en anthropologie environnementale et elle dispense un cours sur cette thématique au niveau du baccalauréat. Les Andes péruviennes constituent son terrain d’études de prédilection et ses recherches actuelles portent sur la conservation de la biodiversité de la pomme de terre. Dans ce contexte, elle s’intéresse aux représentations de la biodiversité et aux pratiques de conservation dont les différents acteurs sont porteurs, soit les paysans, mais aussi les organismes à but non lucratif (ONG) et les institutions internationales.

Lire plus…

Programmes d’enseignement

  • Baccalauréat en anthropologie – Sciences sociales
  • Majeure en anthropologie – Sciences sociales
  • Mineure en anthropologie – Sciences sociales
  • Maîtrise en anthropologie – Sciences sociales

Cours donnés

  • ANT2030 Ethnologie et environnement
  • ANT6132 Environnement, ontologie et politique

Expertises

La gestion des ressources naturelles est au cœur de mes préoccupations, que ce soit l'eau, la terre ou maintenant la diversité biologique. Je m'intéresse à la façon dont les pratiques (gestion, techniques et savoir-faire) permettent de mieux comprendre les rapports des hommes entre eux, et ceux qu'ils établissent avec leur environnement. Mes terrains sont avant tout péruviens et andins, mais je m'intéresse de plus en plus aux arènes globalisées dédiées à la gouvernance de l'agrobiodiversité.

Le premier porte sur la gestion des biens communs dans les communautés paysannes andines et s'inscrit dans la continuité du travail de thèse. Il s'agit de comprendre comment s'est imposée puis concrétisée l'idée que les communautés paysannes des Andes péruviennes reposent en premier lieu sur une gestion commune de la terre. L'ethnographie réalisée dans la communauté paysanne de Llanchu (Calca, région de Cusco, Pérou) montre le processus de formation d'une communauté créée après la réforme agraire de 1969. Au terme de cette analyse, il apparaît que la communauté légalement constituée a pris véritablement corps d'un point de vue sociologique et anthropologique autour de la gestion de la terre, selon les normes administratives édictées depuis la réforme agraire. Ce cas permet donc de penser autrement les communautés paysannes contemporaines, trop souvent appréhendées comme des rémanences du passé préhispanique, ou alors comme des fausses communautés. Le cinquantième aniversaire de la réforme agraire en 2020 et l'élection de Pedro Castillo, qui se présente comme un "paysan", mettent en évidence l'importance de s'intéresser aux communautés formés suite à la réforme, lesquelles ne correspondent pas à l'image "traditionelle" qui leur est trop souvent associée.

Le second projet est parti d'une étude de la conservation de la biodiversité de la pomme de terre au sein du Parc dédié à ce tubercule et situé à Pisac (Cusco, Pérou). Ce parc est la plus grande aire de conservation in situ d'agrobiodiversité aux mains de populations locales. La projet a d'abord porté sur les trois acteurs institutionnels qui font le parc, à savoir les communautés locales rassemblées en une association, l'ONG ANDES et le Centre international de la pomme de terre basé à Lima. Dans une nouvelle phase, je m'intéresse à la façon dont les normes internationales en matière de protection de la biodiversité et de protection des droits des populations indigènes entraîne une reformulation du positionnement des paysans tant au niveau national qu'international. Je m'intéresse ainsi à la constitution de droits bioculturels.

Projets en cours

  • L’autochtonie environnementale en question. Le cas des paysans péruviens andins et de la pomme de terre native. Financement CRSH en cours (2017-2019)
  • Des patates et des hommes. Enjeux locaux de la conservation globale de la biodiversité de la pomme de terre au Pérou. Financement FRQSC en cours (2014-2018)

Responsabilités et rayonnement Tout déplier Tout replier

Activités au sein d’organismes ou d’entités de l’institution

Co-directrice du Réseau d'études latino-américaines de Montréal (Relam)

Responsabilités administratives

Membre du comité des cycles supérieurs

Membre du comité des bourses

Représentante du SGPUM

Organisation d’événements

- Organisation et animation de la Projection discussion avec Carlod Ferrand autour de l'exposition Résistance. Pérou. 1970-1975 (8 octobre 2021, Udem)

- Co-organisation avec F. Girard et C. Frison du Workshop international "Biocultural rights and community protocols. Protecting and Promoting Indigenous Peoples’ and Local Communities’ Ways of Life (5-6 November 2020, en ligne)

Expertise professionnelle (hors de l’institution)

- Participation au comité Interactions homme-environnement - Agence nationale de la recherche (France)

Encadrement Tout déplier Tout replier

«C’est des déchets, tu peux juste te nourrir avec ça!» : ethnographie du Dumpster Diving à Montréal Thèses et mémoires dirigés / 2018 - 2018
Diplômé(e) : Tanguay, Gabrielle
Cycle : Maîtrise
Diplôme obtenu : M. Sc.
Travaux dirigés

- Eugène Fournier, 2021, Travail dirigé sur les textiles andins de la collection d'objets ethnographiques du département d'anthropologie de l'Udem.

- Fabien Maillé Paulin, 2021, Éléments de biographie d’une collection : de l’Aubrac à Montréal (Maîtrise en muséologie)

- Émile Moreault, 2019, Ontologie, Wilderness et Canot-Camping (Bach en anthropologie)

- Catherine Villeneuve, 2016, Les stratégies de valorisation des producteurs de cacao (Bach. en anthropologie)

- Caroline Murray, 2016, Une façon anthropologique d’étudier la relation de la classe moyenne indienne à l’environnement.(Maîtrise en anthropologie)

Travail remis en date du 16 avril 2016

Stages et autres supervisions

- Friis Justine, 2020,  La participation des peuples autochtones et communautés locales dans les instances internationales : Le cas de la Convention sur la diversité biologique. Rapport de stage EDD6999 Maitrise en Environnement et Développement durable Option : Enjeux sociaux et gouvernance

- Jéssica Sbroglia da Silva,2018, Stage Leader des Amériques.

Thèses et mémoires dirigés

- Éléonore Mercier, 2021-à date, Transition en agriculture au Québec (Maîtrise en anthropologie)

- Émile Moreault, 2021-à date, Pêche  et saumon sur la rivière Moisie : un tournant au plan de la gestion? (Maîtrise en anthropologie)

- Léanne Baillagreon, 2019-à date, L'agriculture urbaine à Gatineau et Montréal (Maîtrise d'anthropologie)

- Eugène Fournier, 2020-à date, Les textiles andins (Maîtrise d'anthropologie)

- Catherine Villeneuve, 2016-2021, C'est le terroir qui fait la Barre, Maîtrise en anthropologie.

Projets de recherche Tout déplier Tout replier

Cosmopolitiques autochtones contemporaines : enjeux politique et juridique des cosmologies autochtones / Equipe de Recherche sur les Cosmologies Autochtones Projet de recherche au Canada / 2020 - 2025

Chercheur principal : Ingrid Hall
Co-chercheurs : Laurent Jérôme
Sources de financement : FRQSC/Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FQRSC)
Programmes de subvention : PVXXXXXX-(SE) Programme Soutien aux équipes de recherche - Stade de développement : Fonctionnement

L’autochtonie environnementale. Le « patrimoine bioculturel » des pommes de terre natives du Pérou. Projet de recherche au Canada / 2017 - 2022

Chercheur principal : Ingrid Hall
Sources de financement : CRSH/Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Programmes de subvention : PV153480-Subventions de développement Savoir

Nouvelles configurations des dynamiques religieuses autochtones: du local au global Projet de recherche au Canada / 2015 - 2020

Chercheur principal : Robert Crépeau
Co-chercheurs : Louise Paradis , Marie-Pierre Bousquet , Ingrid Hall , Sylvie Poirier , Frédéric Benjamin Laugrand , Natacha Gagné , Laurent Jérôme
Sources de financement : FRQSC/Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FQRSC)
Programmes de subvention : PVXXXXXX-(SE) Programme Soutien aux équipes de recherche - Stade de développement : Renouvellement

DES POMMES DE TERRES ET DES HOMMES : CONSERVATION DE LA BIODIVERSITE ET DYNAMIQUE DES SAVOIRS (CUSCO, PEROU) Projet de recherche au Canada / 2014 - 2018

Chercheur principal : Ingrid Hall
Sources de financement : FRQSC/Fonds de recherche du Québec - Société et culture (FQRSC)
Programmes de subvention : PV113813-(NP) Soutien à la recherche pour la relève professorale

DES POMMES DE TERRE ET DES HOMMES DANS LES ANDES PERUVIENNES Projet de recherche au Canada / 2013 - 2015

Chercheur principal : Ingrid Hall
Sources de financement : CRSH/Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
Programmes de subvention : PVX20020-Subvention institutionnelle du CRSH - Subventions d'exploration

Dynamiques religieuses des autochtones des Amériques : vers de nouvelles méthodes Projet de recherche au Canada / 2009 - 2013

Chercheur principal : Robert Crépeau
Co-chercheurs : Ingrid Hall , Marie-Pierre Bousquet

Notre programmation vise à favoriser une meilleure connaissance de l’évolution et des transformations historiques des dynamiques religieuses et spirituelles autochtones contemporaines dans diverses régions des Amériques : circumpolaire, Nord-est américain, Ouest canadien, Mésoamérique et Amérique du Sud. C’est une volonté d’intégrer des approches et des savoirs, de se doter de nouveaux outils méthodologiques et analytiques, de créer de nouveaux espaces de discussion, d’échanges, de collaboration et de recherche qui est sous-jacente à la présente programmation. Cette dernière repose sur l’hypothèse que, par-delà les réseaux politiques et culturels, il existe des dynamiques religieuses et spirituelles qui résultent d’une transformation significative du tissu social et intellectuel amérindien et inuit au cours de la deuxième moitié du XXe siècle et participent actuellement à la restructuration en profondeur de ces groupes. Le champ religieux n'apparaît plus comme un facteur de déstructuration mais, au contraire, comme un facteur de reconstruction sociale et politique par le biais de nouveaux réseaux spirituels, tantôt translocaux, transrégionaux ou transnationaux, qui constituent des lieux d’échanges et de solidarité entre les groupes autochtones. Nous examinons les divers champs de croyances et de pratiques religieuses et désirons analyser leurs articulations avec les autres domaines de la vie sociale et de l’individu. Nous accordons une attention particulière à la diversité des religions institutionnalisées imposées avec le colonialisme (catholicisme, anglicanisme), des religions plus récemment implantées (nouveaux prosélytismes et pentecôtismes) et des spiritualités en réémergence ou actualisées (chamanismes, rituels, spiritualités «oecuméniques» de type panindianiste, etc.). La programmation vise également à faciliter la comparaison des usages du religieux dans d'autres domaines connexes auxquels s’intéressent les membres de l’équipe, notamment savoirs politiques, juridiques et environnementaux, redéfinitions identitaires, écotourisme. Notre programmation vise à combler un vide important à deux niveaux. D’abord au niveau des connaissances sur l’état des religions et des cosmologies amérindiennes contemporaines. Ensuite, au niveau de la connaissance du rôle que l'expérience religieuse est appelé à jouer dans la réponse amérindienne et inuit à la modernité avancée. En effet, en Amérique du Sud comme en Amérique du Nord, et au Québec en particulier, la réaction autochtone face à la mondialisation a été très peu étudiée et le rôle que la religion est appelée à jouer dans la réponse autochtone à ce contexte constitue un sujet largement ignoré, sur lequel la littérature est pratiquement inexistante. À cet égard, les autochtones ont dans bien des cas devancé les chercheurs qui, trop attachés à des études monographiques, ne disposent pas des outils nécessaires à la compréhension de ces nouveaux réseaux de sens et de mémoire. Par conséquent, notre programmation est conçue de façon à favoriser : 1- la mise en commun des savoirs et des expertises et 2- la formulation de nouvelles méthodes de recherche et d'action. Ces objectifs se réaliseront dans divers cadres : journées d’études, séminaires de recherche, ateliers scientifiques et culturels, site internet, CD-Rom, base de données bibliographiques, publications conjointes.

Mots-clés : Ethnologie, Anthropologie, Organisation sociale, religions, Amérindiens, Inuit

Publications Tout déplier Tout replier

Communications Tout déplier Tout replier

Sélection sur les dernières années

  • Co-organisation du Workshop avec F. Girard et C. Frison, Biocultural rights and community protocols. Protecting and Promoting Indigenous Peoples’ and Local Communities’ Ways of Life,5-6 November 2020.
  • Co-animation avec Sébastien Brodeur-Girard de la conférence Droits de la nature et cosmopolitiques autochtones, Conférence Midi de l’ERCA, 24 février 2020.
  • Discutante invitée à la table ronde sur la réforme agraire, Séminaire Sepia, Puno (Pérou), 13 août 2019
  • Conservation in situ de la pomme de terre dans les Andes Sud Péruviennes, perspective anthropologique, Conférences de l’Institut de recherche en biologie végétale, Udem, Montréal, 17 mai 2019.
  • « Du rituel au concours, épluchage et transmission », Présentation dans le cadre du colloque du CADA, Udem, Montréal, 29 mars 2019.
  • « Articulando conservación in situ e ex situ. Un análisis de la propuesta biocultural del Parque de la papa de Pisac », Séminaire interne du Centre international de la pomme de terre (CIP), 27 juin 2017.

Consultez cette fiche sur :