Passer au contenu

/ Département d'anthropologie

Rechercher

Experts en : Études urbaines

CÔTÉ, Daniel

Professeur associé

Axe principal:

  • Les parcours de réadaptation au travail et de réinsertion professionnelle en contextes interculturels
Lire plus…

Profil complet

FORTIN, Sylvie

Professeure titulaire

Mes travaux portent de manière inclusive sur la diversité (sociale, culturelle, ethnique et religieuse) et les milieux hospitaliers d’ici et d’ailleurs. À l’instar de la société dans laquelle elle trouve place, la clinique est envisagée comme un espace social, traversé par nombre d’enjeux structurels, sociaux, culturels, et éthiques. C'est aussi un lieu de négociation de savoirs, normes et valeurs, témoin des rapports de pouvoirs entre groupes et individus dans un contexte dynamique alors que la médecine et la pratique clinique sont en constante évolution. Je m’intéresse au phénomène migratoire, aux enjeux de santé ainsi qu’aux rapports entre minoritaires et majoritaires. Plus récemment, je travaille sur la prise de décision et le passage d'une perspective thérapeutique curative à palliative à différentes étapes du cycle de vie (du jeune au grand âge) et ce tant pour les cliniciens que pour les patients et leur famille. Cet intérêt est aussi porté hors de la clinique pour sonder la bonne mort chez les minoritaires à Montréal dans un contexte sociétal où le mourir dans la dignité soulève de nombreux débats. Professeure rattachée à la Faculté de médecine (Dép. de pédiatrie) en affiliation secondaire, je suis également chercheure à l'Institut universitaire SHERPA (CIUSSS Centre-Ouest-de-l'Île-de-Montréal), membre de l'équipe METISS, du Centre de recherche du CHU Sainte-Justine et de l’Unité d’éthique clinique de cet hôpital.


Sylvie Fortin est chercheuse principale au sein du projet Expériences de fin de vie dans un Montréal pluriel, qui vise à documenter l’expérience de la fin de vie et de la mort à domicile et en établissement de santé de familles/proches issus de groupes minoritaires (migrants, descendants de migrants ou de religion autre que catholique) ayant perdu dans la dernière année un être cher à Montréal. La recherche s’intéresse particulièrement à la période de fin de vie ainsi qu’aux défis et aux enjeux rencontrés par l’entourage du mourant à travers cette expérience. https://www.findeviemtlpluriel.ca

Lire plus…

Profil complet

LANOUE, Guy

Directeur de département, Professeur titulaire

J’ai débuté ma vie académique avec une recherche sur les Sekani, peuple athapascan du Nord-ouest canadien. Inspiré par ce terrain ayant comme thématique la transmission historique et la survie de l’imaginaire politique (publié en Brothers), j’ai comparé les structures mythologiques des Amérindiens organisés en bandes et en tribus (Beyond Values) pour identifier d’autres instances où l’imaginaire politique se transmet ‘en transversale’ dans le mythe et dans le langage (l’article « Language Loss »). En même temps, ces enquêtes ont soulevé un intérêt en d’autres dimensions qui pourraient encadrer l’imaginaire. En particulier, j’ai ciblé l’art visuel paléolithique qui se trouve au cœur du continent (Images in Stone). Ce dernier travail m’a sensibilisé à l’importance de l’archéologie des structures utopiques du passé et comment elles influencent le quotidien du présent, que j’ai approfondi dans le livre Errances, qui cible l’importance du déplacement – géographique et imaginée – dans la vie des chasseurs athapascans.  Récemment, dans la même optique, j’ai travaillé sur l’image idéalisée de la communauté véhiculée par les musées italiens (recherche en cours) et sur les structures politiques de la Mésopotamie babylo-akkadienne qui peuvent être reconstruites par une analyse de l’épopée de Gilgamesh (publié dans l’article « Le rêve de Gilgamesh »). Ces analyses ont été effectuées en parallèle avec une enquête de longue durée sur l’importance de Rome comme symbole-clé dans l’émergence de la culture italienne contemporaine dans l’époque qui a suivi l’unification (Rome Eternal).      Actuellement, je dirige une enquête à Montréal sur les pratiques d’achat et les attitudes envers certaines marchandises-clés. Celles-ci incarneraient, selon moi, une transformation des grands centres commerciaux en champs de bataille sémiotique où les marqueurs « traditionnels » du succès ne réussissent plus à valoriser l’individualité désormais menacée par le cosmopolitisme « mondialisé » contemporain.   Mes terrains principaux se sont déroulés en Colombie-Britannique et les Territoires du Nord-Ouest (2 ans), les Abruzzes (6 mois; paysans et villageois); Lazio et Puglia (2 mois, l’apprentissage); la bourgeoisie romaine (2 ans). Ma curiosité m’a amené à des enquêtes (seulement dans ma tête et dans la bibliothèque!) sur la Nouvelle-Guinée (structure sociale et écologique); Mésopotamie (échange interrégional à l’époque sumérienne et akkadienne); les femmes comme symboles de la communauté et dans la transmission de la culture (Italie); et la littérature anglo-américaine (E. Gaskell; T. Dreiser). Au-delà des projets sur les musées italiens (la réaction des dirigeants aux changements des gouts de leur clientèle surtout nord-américaine, avec des enquêtes menées à Naples, Rome, Bologne, et Florence) et le centre d’achats montréalais, je projette travailler sur l’idée de la ville méditerranéenne et, bientôt, sur l’importance sémiotique de la nature dans la pensée politicoculturelle italienne. Actuellement (2018), je travaille sur la nostalgie du fascisme italien, sur l’importance des chiens parmi les chasseurs du Nord-ouest canadien, et la transformation des chamanes en ainés parmi les groupes autochtones au Canada. En fait, j’ai Bref, je travaille sur les structures de l’imaginaire (invisible et indicible) sous toutes ses formes.     On pourrait penser que cette longue description de mes activités est fruit du narcissisme, mais le fait est que j’ai commencé jeune, étant inadapté à faire une vie en dehors de l’université, et que je me laisse emporter par mes intérêts. Il est aussi important dire que j’ai beaucoup de plaisir à parler avec les étudiants, et le fait d’enseigner m’a obligé à plusieurs reprises de repenser mes positions. Je tente donc de m’engager dans mes cours et dans mes directions d’étudiants aux cycles supérieurs.  

Lire plus…

Profil complet

Meintel, Deirdre

MEINTEL, Deirdre

Professeure titulaire

Les champs d'intérêt de Deirdre Meintel sont la transnationalité, la globalisation, les identités plurielles, la relation entre religion et modernité.

Lire plus…

Profil complet

WHITE, Bob

Professeur titulaire

Bob W. White est professeur titulaire au Département d’Anthropologie à l’Université de Montréal et directeur du Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI). Depuis 2012 il dirige un partenariat de recherche multi-sectoriel sur les dynamiques d’inclusion dans l’espace urbain à Montréal (« Montréal Ville Interculturelle », CRSH 2012-2020). Il est coordonnateur du Réseau des municipalités en immigration et relations interculturelles du Québec (RÉMIRI) et membre du réseau de recherche inter-universitaire sur la migration G3 (Université de Montréal, Université de Genève, Université Libre de Bruxelles).  Bob White a été professeur invité à l’École des hautes études en sciences (EHESS) à Paris, à L’Université de Cheikh Anta Diop (UCAD) à Dakar et à L’Institut Max Planck à Gottingen. Il a publié nombreux textes sur la musique populaire, la mondialisation, les politiques culturelles, les méthodes collaboratives, le pluralisme, les politiques publiques et la communication interculturelle. En 2014 il a publié L’interculturel au Québec : rencontres historiques et enjeux politiques (Presses de l’Université de Montréal) avec Lomomba Emongo. Son dernier livre, publié en 2018, s’intitule Intercultural Cities : Policy and Practice for a New Era (London : Palgrave McMillan). Il travaille actuellement sur une théorie générale de la communication interculturelle à partir de la pensée anthropologique.

Projets en cours

  • COHABITATION CITOYENNE ET NOUVELLES FORMES D’APPARTENANCE (CRSH : 2017-2020) Chercheur principal: Bob White / Co-chercheurs : Pierre Anctil, Daniel Côté, Jessica Dubé, Jorge Frozzini, François Rocher, Francine Saillant, Mireille Tremblay, Christian Agbobli
  • VERS UNE VILLE INTERCULTURELLE: PROBLÉMATIQUES, PRATIQUES, EXPERTISES (CRSH 2012-2015) Chercheur principal: Bob W. White (Université de Montréal) / Co-chercheurs: Lomomba Emongo (Université de Montréal), Christian Agbobli (UQAM), Charles Blattberg (Université de Montréal), Pierre Anctil (Université d’Ottawa)
  • PLATEFORME D’ÉTUDES ET DE RECHERCHES SUR LES RELATIONS INTERCULTURELLES (PERRI) / (BRDV, Université de Montréal / CRSH / Fonds des leaders John-R.-Evans, FCI) Chercheur principal: Bob W. White (Université de Montréal)
Lire plus…

Profil complet