Passer au contenu

/ Département d'anthropologie

Rechercher

Navigation secondaire

Une ethnographie-action, dans la Sierra Norte de Puebla

En septembre dernier, avec un collègue mexicain, Alejandro Marreros, ainsi que vingt-cinq de nos étudiants de licence du Centro de Estudios para el Desarrollo Rural, de Zautla, dans l’état de Puebla, au Mexique, avons effectué une enquête ethnographique dans la municipalité d’Ixtacamaxtitlan. Cette recherche s’inscrivait dans une conjoncture précise. L’entreprise minière canadienne Almaden Minerals, veut y exploiter une mine d’or à ciel ouvert, ce qui contaminerait la terre et l’eau des vingt-cinq mille Ixtamamaxtitecos. Pour éviter de tenir la consultation préalable, prévue en ce cas, Almaden prétendait qu’« il n’y a pas d’autochtones » à Ixtacamaxtitlán. Or, dans les six communautés que nous avons étudiées, nous en avons trouvé, de l’identité et de la culture nahua ! La première phrase prononcée par doña Eustolia, aînée, du village de Tuligtic, nous a fourni le titre de notre rapport : « Aqui somos mexicaneros, aunque no hablemos el idioma ». (« Ici, nous comme nahuas, bien que nous ne parlions plus la langue ». En avril dernier, le tribunal a tranché : « Le concessions minières d’Almaden sont annulées, car l’entreprise n’a pas consulté les autochtones qui vivent sur ce territoire, comme l’exige l’article 2 de la constitution mexicaine. » Nous avons célébré ensemble cette victoire … qui n’est cependant pas définitive, car Almaden va en appel, comme on pouvait s’y attendre. En attendant ses opérations sont bloquées. Depuis quinze ans, toutes les autres entreprises minières, hydroélectriques et pétrolières qui ont voulu réaliser leurs « projets de mort » dans la Sierra, ont dû battre en retraite devant la détermination des autochtones.

Note : Notre rapport – en langue espagnole - est disponible en version pdf. Il devrait être publié en septembre comme livre. Une version abrégée apparaîtra comme chapitre intitulé « Être autochtone à Ixtacamaxtitlán. L’identité et la culture contre le « développement » minier dans la Sierra Norte de Puebla (Mexique) dans le livre Introduction au développement international (P. Beaudet, D. Caouette et P. Haslam, dir.), Presses de l’Université d’Ottawa.

Pierre Beaucage
Professeur émérite
Département d’anthropologie